Projet 52²

[32] Anna – Octobre rose

Cette semaine, nous avons eu comme thème l’automne. J’ai voulu associer cette saison à celui d’octobre rose qui nous alerte sur le cancer du sein.

automne gardais - Sabine Lauret

On était mi-octobre. Le destin avait frappé trois mois plus tôt. Et j’avais compris que je ne m’en sortirais pas. Il m’avait rongé de l’intérieur, silencieusement, comme la sève de l’arbre stoppant progressivement de passer jusqu’au bout de ses branches pour nourrir ses feuilles.
D’abord, ce furent juste quelques appendices verts, séchés un peu trop vite, qui se détachaient, comme quelques cheveux qui étaient un peu plus nombreux sur ma brosse à cheveux et sur mon oreiller.
Puis comme ces tiges qui devenaient cassantes et ces limbes prenant tour à tour les couleurs jaunes, oranges parfois rouge vif pour inexorablement virer au marron, moi c’était des poignées de cheveux qui tombaient ou s’envolaient au gré de mes doigts passant sur mon crâne de plus en plus clairsemé.

Bien sûr, les premières semaines, on fait comme si on ne voyait rien, comme si ce n’était qu’un petit passage à vide mais rien à faire, le passage devenait tunnel et nulle sortie, nulle lumière ne semblerait jamais poindre.

Cet automne était interminable.

J’allais de rendez-vous de chimio en chirurgie, de chambre stérile en sortie surveillée, mais toujours cette épée de Damoclès qui me faisait trembler à chaque nouvelle étape.

J’avais déjà perdu ma féminité, mes deux seins ayant été opérés, arrachés de mon corps pour me sauver. Mais sauver quoi ? Et qui ? Qui serai-je après cet interminable automne ?
Je craignais d’autant plus l’hiver et ses nuits infinies.

Je ne serai plus jamais.

Le psychologue qui me suivait m’avait alors fait remarquer que si les arbres perdaient leurs feuilles en automne, les bourgeons arrivaient avant l’arrivée du printemps, que les prémisses de la vie, celle qui éclate dès les premières chaleurs se préparent au cœur de l’hiver.

  • Ne perdez pas espoir madame. Vous avez passé la pire saison. L’automne est pire que l’hiver car si le désespoir de la nudité, de la froideur et de son improbable survie, l’hiver n’est que promesse d’avenir.

Nous sommes en janvier. Au cœur de l’hiver. Il est particulièrement froid cette année. Ou peut-être est-ce à cause de mon crâne encore lisse que je vois ce froid m’envahir à chaque instant.
Pourtant, les arbres ont des centaines de bourgeons, attendant un temps plus clément, une température plus douce, une lumière plus vive.
Et je sens, moi aussi cette promesse de l’aube printanière, ce regain de vie, ce souffle d’espoir.
Le cancer du sein ne me tuera pas. Je suis un arbre qui a ralenti son métabolisme pour survivre à cet automne passé et cet hiver périlleux.

Je vis.

Publicités

À propos de Anna Sam

maman, blogueuse, auteur et un peu plus aussi ;) vous pouvez me lire sur : www.bdencre.com projet52aucarre.wordpress.com et mon premier blog (qui n'est plus actif) : caissierenofutur.over-blog.com

3 commentaires sur “[32] Anna – Octobre rose

  1. ginou
    5 octobre 2015

    Joli texte plein d’envie de « printemps « à venir…..

    J'aime

  2. Stéphanie Doche
    8 octobre 2015

    Bon ben voilà, j’ai les frissons… Merci Anna!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 5 octobre 2015 par dans Anna Sam, Émotion, Nouvelles, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :