Projet 52²

[26] Karine – Panne d’essence

Oui, ok, après avoir commis une petite erreur d’organisation la semaine dernière, c’était facile pour Sabine de nous coller sur le thème de la panne d’essence… Mais si vous pensez que je vais me laisser manipuler comme ça ! 😉

brain-out-of-order-sign***

– Catherine ? Vous avez des nouvelles pour la livraison de neuf heures ?

– Oui. Il est 10 heures.

– Et donc ?

– J’ai l’impression qu’elle est en retard…

– Vous vous foutez de moi ?

– Non, monsieur, je ne pratique pas ce genre de pied de nez.

Silence. Mathieu Cassovin détailla son assistante en rongeant son frein. Inutile d’insister : il n’avait jamais le dernier mot avec ce diable de bonne femme. Perchée sur une quinzaine de centimètres de talons aiguilles, moulée dans un tailleur sombre qui mettait le feu à la gent masculine plutôt que de valoriser le sérieux du poste qu’elle occupait, elle avait l’outrecuidance de le toiser avec un certain mépris. Lui. Le numéro deux de la plus grosse entreprise de création de parfums au monde. Lui. Sans qui aucune nouvelle fragrance ne sortirait des cuves stockées quatre étages plus bas.

– Et, vous comptez faire quoi pour solutionner ce problème ?

– Je pourrais téléphoner au transporteur.

– Faites donc cela.

– Qui me dirait sans doute qu’il est pris dans les embouteillages… Ou bien je pourrais décrocher mon téléphone qui vibre depuis plus d’une minute pour annoncer au PDG et aux investisseurs présents à ses côtés ce matin que tout se passe bien et que vous ne tarderez pas à les rejoindre…

Il lui lança un regard terrifié : nom de dieu, les investisseurs étaient déjà arrivés ! Mais la réunion n’aurait dû être que dans une heure !

– Si je ne reçois pas cette essence venue tout droit du Gabon… Il me manque juste quelques gouttes pour sublimer ma création… J’ai besoin de cette nouveauté, Catherine, sinon je vais me faire virer ! Cela fait trop longtemps que je n’ai rien trouvé d’innovant !

Elle le fixa en remontant ses lunettes en acier du bout de son majeur. Il frémit. Cette femme, assistante de haut vol, tenait sa vie entre ses mains.

– Vous avez le nez fin, monsieur Cassovin.

Il retint son souffle et refusa de relever ce nouveau sarcasme. Elle venait de porter son smartphone à son oreille.

– Monsieur le Président Directeur Général ? Je suppose que vous cherchez désespérément à joindre Monsieur Cassovin… Tout à fait, monsieur… Il est devant moi…

Mathieu sentit une suée glacée courir le long de son épiderme hérissé.

– Il termine à l’instant une création extraordinaire, non, que dis-je, phénoménale ! Laissez-lui encore un court moment pour peaufiner cela et il va vous rejoindre… C’est que vous savez comment il est quand on l’interrompt en plein processus créatif… Oui, il n’aime pas que l’on mette le nez dans ses affaires…

Catherine eut un petit sourire satisfait en raccrochant, son regard azur planté dans celui de Mathieu. Ses talons aiguilles claquèrent sur le carrelage du laboratoire alors qu’elle se rapprochait de lui, le contraignant à lever le menton pour lui faire face.

– Bien, à présent, nous avons un peu de temps devant nous, fit-elle en ôtant ses lunettes.

Elle les posa sur le rebord en inox du plan de travail. Ses doigts glissèrent le long de sa nuque et ses cheveux blonds se répandirent sue ses épaules. Mathieu la regardait, médusé.

– Notre petit manège a assez duré, Monsieur Cassovin, reprit-elle en posant une main parfaitement manucurée sur sa poitrine. Je sais ce que vous pensez de moi, cela se voit comme…

– Le nez au milieu du visage ? compléta-t-il la gorge sèche.

– Visage que vous avez fort plaisant…

Elle se pencha et posa ses lèvres sur celles du Nez. N’y tenant plus, Mathieu reprit enfin le contrôle de lui-même et glissa ses mains sous le corsage de son assistante. Il la repoussa vers le plan de travail, mais se ressaisit un court instant.

– Catherine… pour mon essence gabonaise… ?

– Ne vous inquiétez pas, Mathieu : vous ne tomberez pas en panne des sens dans les minutes à venir…

Publicités

À propos de Karine Carville

Un jour, on m'a demandé si j'étais un auteur ou un écrivain. J'ai répondu que j'étais une écriveronne ! J'aime raconter des histoires et vous pourrez trouver mes livres sur http://karinecarville.com . J'y partage aussi des lectures et des conseils pour les jeunes auteurs.

4 commentaires sur “[26] Karine – Panne d’essence

  1. GARREAU
    29 juin 2015

    Rhooo ! Limite porno, c’t’affaire !!! Je plaisante bien sûr … Amusant comme chute !
    « le numéro deux de la plus grosse entreprise … » ça me fait penser au « n° 2 de chez Binet » de « fais pas ci, fais pas ça » mais là, c’est plutôt « Bi-nez » si je comprends bien !

    Aimé par 1 personne

    • Karine Carville
      29 juin 2015

      Hi hi hi ! Marrant le rapprochement ! C’est une série que je ne regarde pas, mais je connais. 🙂
      Pour le côté classé X, je peux faire bien pire… Mes lecteurs le savent ! ^^

      J'aime

  2. BERCHER
    6 juillet 2015

    tiré par les cheveux … Mais amusant tous ça promet 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 29 juin 2015 par dans Karine Carville, Nouvelles.
%d blogueurs aiment cette page :