Projet 52²

[23] Anna – Je gravirai une montagne. Chaque jour.

« nuits blanches » c’est propice à tellement d’histoires que j’ai voulu, pour une fois, raconter la mienne…

[23] Nuit blanche

Je ne les compte plus, je ne sais même plus quel jour nous sommes. Je ne sais plus quand j’ai dormi pour la dernière fois. Vraiment dormi je veux dire, où le réveil serait naturel, les traits reposés, l’esprit serein, les muscles apaisés.

Je ne me souviens plus. Les jours, les semaines, puis les mois ont filé si vite, si nombreux que ce temps élastique s’est étiré si fort que je ne suis plus capable de me projeter seulement à demain.

Fichues nuits blanches et ses heures nocturnes remplies d’idées noires et de cris stridents.

Fichues nuits blanches et ses impossibles apaisements au fond de mon lit.

Fichues nuits blanches et ses veilles obligatoires. Son essentiel. Ma faille.

Qui n’a pas connu de nuits blanches à répétition ne peut comprendre cet état insoutenable.

Qui n’a pas vécu ces heures perdues à tenter de rattraper le temps disparu ne peut qu’à peine imaginer ma réalité.

Pourtant.

Oui, pourtant.

Je n’échangerai ma place pour rien au monde. Pas même pour une fortune qui dépasserait l’entendement.

Car même ces nuits aux heures infinies passées au pied de son lit à attendre, vainement, une accalmie dans ses pleurs et ses cris.

Car même ces moments d’éternité à espérer qu’enfin mon bébé s’apaisera dans mes bras pour se laisser glisser dans la douce torpeur du sommeil bien mérité.

Cette petite boule de chair si fragile, qui ne peut survivre sans les bras rassurants d’un parent aimant, c’est bien là que ma force naît et grandit en même temps que cet être apprend.

Et puis un jour, même s’il m’a longtemps semblé inaccessible, ce petit être dormit « comme un grand » et ces nuits de cauchemars éveillés se sont effacés pour ne laisser dans le souvenir que ces heures de contemplation et de câlins dans les creux de mes bras.

Être parent, c’est un combat.

Chaque jour.

Mais les victoires, aussi infimes soient-elles sont des montagnes gravies avec force et courage.

Publicités

À propos de Anna Sam

maman, blogueuse, auteur et un peu plus aussi ;) vous pouvez me lire sur : www.bdencre.com projet52aucarre.wordpress.com et mon premier blog (qui n'est plus actif) : caissierenofutur.over-blog.com

2 commentaires sur “[23] Anna – Je gravirai une montagne. Chaque jour.

  1. ginou
    8 juin 2015

    Très beau texte !
    Les nuits blanches avec BB dans les bras sont plus « épanouissantes » que les autres… ils grandissent tellement vite qu’après nos nuits blanches deviennent un peu noires !

    J'aime

    • Anna Sam
      8 juin 2015

      Merci 🙂
      Et oui, une fois qu’elles sont passées elles ne sont plus aussi terribles dans nos souvenirs

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 8 juin 2015 par dans Anna Sam, familial, Nouvelles.
%d blogueurs aiment cette page :