Projet 52²

[02] Anna – Juste après

Contrainte : une photo donnée par Sabine

***

Semaine 1 la porte

Je suis mort.

Je ne me rappelle pas quand.

Je ne me souviens pas où.

Le temps n’a plus d’importance.

Je suis mort.

Un coup de feu, une brûlure qui rayonne dans ma tête, explose dans tout le corps. Moi au sol. L’herbe humide. Puis plus rien.

Et me voilà dans ce grand vide. C’est donc ça la mort ?

J’avance à tâtons, je ne suis pas habitué à l’obscurité. J’ai l’impression de marcher. Mais c’est ridicule. Je suis mort. Je tends les bras et sens du bout des doigts sur les côtés un mur. Froid. Rugueux. Humide. Je suis ridicule. Je suis mort. D’où viennent ces sensations ? Une parcelle de vie qui refuse de s’éteindre, un ultime sursaut de mon esprit avant de disparaître ?

Je suis contraint d’avancer, comme l’impression d’être une marionnette à fils, enchevêtré dans des mouvements que je ne commande pas.

Au bout d’un moment interminable. Ou bref. Je ne sais plus. Un point lumineux. Je presse le pas, une source qui m’attire à n’en plus finir. À chaque nouveau pas, ce point se précise un peu plus.

Je distingue enfin une forme. Familière. Une image qui remonte de mon enfance.

D’abord une couleur. Rose ou saumon. Je n’ai jamais réussi à l’identifier.

Puis une surface de verre dépolie, fumée.

Une porte.

Pas n’importe laquelle. La porte qui menait au seul endroit où j’étais en sécurité. La maison de mon père. Mon cœur (mon cœur?) s’emballe. Je cours comme un fou.

Cette porte paraît si loin, j’ai l’impression de courir des heures. Ou un instant.

J’en suis enfin tout proche. Elle me tend la main, m’invite.

Ce lieu qui était enfoui dans le plus profond de ma mémoire, évanoui alors que je n’étais qu’enfant. Envolé à cause d’une maladie fulgurante. Disparu en même temps que mon père.

Je n’avais pas dix ans.

« C’est la vie, même si elle est injuste » m’avait rabâché l’assistante sociale avant de me déposer dans un orphelinat où on s’occuperait « bien de moi ». Quelle vaste blague, ma vie a alors lamentablement dérapé…

Sur le pas de la porte, les chaussures de travail de mon père. Usées. Derrière le verre fumé, une ombre. Qui se déplace. Une ombre imposante. Immense. Comme dans mes souvenirs de jeunesse. Une ombre rassurante. La poignée s’abaisse, elle grince. La porte s’entrouvre, une vague de senteurs explosent à mes narines ; le pain tout juste sorti du four avec la croûte qui craque. Comme lorsque je rentrais de l’école.

Puis une masse de cheveux décoiffés passe par l’ouverture, deux yeux malicieux cachés derrière une barbe de bûcheron. Un sourire jusqu’aux oreilles apparaît à son tour.

Il est là. Mon père.

Cet instant, je l’ai rêvé toute ma vie. Et je le retrouve enfin dans la mort.

Je suis vivant.

Publicités

À propos de Anna Sam

maman, blogueuse, auteur et un peu plus aussi ;) vous pouvez me lire sur : www.bdencre.com projet52aucarre.wordpress.com et mon premier blog (qui n'est plus actif) : caissierenofutur.over-blog.com

6 commentaires sur “[02] Anna – Juste après

  1. BERCHER
    13 janvier 2015

    on rêve tous de retrouver ceux que l’on a perdu… et c’est beau dis croire .

    J'aime

    • Anna Sam
      14 janvier 2015

      Oh oui.
      Merci de votre visite 🙂

      J'aime

  2. catherine
    14 janvier 2015

    De ma part c’est un compliment : j’y retrouve un peu de Julio cortazar (il a tellement marqué mon adolescence) toujours dans le doute sur la table de sacrifice d’un peuple inconnu ou sur une table d’opération d’un CHU ? sensations, ressenti, vrai, imaginaires.
    Belle rencontre que ton texte.

    J'aime

  3. marcdeferriere
    15 janvier 2015

    Jolie Anna ! Merci.

    J'aime

    • Anna Sam
      15 janvier 2015

      merci m’sieur ! 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 12 janvier 2015 par dans Anna Sam, Nouvelles, et est taguée , , , .
%d blogueurs aiment cette page :